Moonlight multi-oscarisé: clair de lune très prometteur, déception à l’aube?

 

Bonjour/soir à toi lecteur/lectrice,

Aujourd’hui j’ai voulu partager avec vous mes impressions sur le film Moonlight. Mes points communs avec Chiron et les leçons qu’on peut tirer de son histoire. Ce que je n’ai pas apprécié et ce que j’ai le plus aimé dans le film. J’attend vos avis sur le film en commentaires 😉

Mes points communs avec Chiron

-Enfant (Little)

Je suis noir. Je suis né et ai vécu sur une île alors la mer omniprésente, ça me parle beaucoup. Ce sont aussi les autres qui ont mis eux même des mots sur ma différence avant que j’en prenne moi même conscience.

-Ado (Chiron)

J’ai pesé 58kg pour 1m76. Je n’ai pas été victime de brimade à l’école mais j’ai le souvenir de deux episodes de rejet de personnes que je ne connaissais même pas. Et un de mes meilleurs amis depuis le primaire qui ne m’adresse plus la parole du jour au lendemain.

À l’époque, je ne pensais pas être homo et à vrai dire, je ne me posais pas réellement de questions sur ma sexualité. Vivant dans l’environnement plutôt macho des Antilles et n’étant pas efféminé, je pensais de fait être hétéro. Les fantasmes homo que j’avais pu avoir était dû pour moi à l’attirance pour l’interdit et ma curiosité.

-Adulte (Black)

Je me suis mis à la muscu méthode Lafay pour ceux qui connaissent et maintenant plus serieusement avec un coach. Je ne suis pas au niveau de “Black” et je vise plus le physique athlétique d’un Tom Daley que celui d’un dieu du stade.

En ce qui concerne ma vie sentimentale, ceux qui ont lu ma page “À propos” savent déjà que je suis depuis plus de 5 ans avec mon doudou. Je souhaite au héro Chiron et à vous tous de trouver l’amour et d’avoir de la persévérance et de créativité pour maintenir votre relation amoureuse sur le long terme. Perso, j’y travaille au quotidien, même si ce n’est pas facile tous les jours.
Moonlight_Chiron_LGBT

Little, Chiron, Black: à la recherche de soi.

Les leçons qu’on peut tirer de Moonlight:

  • Black, l’homme viril bling bling: À trop jouer un rôle pour se protéger, ne pas être soi-même, on finit par museler les sentiments et les traits de caractère qui font de nous qui nous sommes. On ne peut pas vivre pleinement sa vie.
  • Kevin, le serial fucker qui relève des défis de “mec”: On peut se mentir à soi même et aux autres pour créer une image qui plaît aux autres. Mais ca devient à force une habitude, et on ne fait plus que ce que les autres attendent de nous plutôt que ce qu’on souhaite réellement.
  • Juan et Teresa en mentor pendant les 2 premiers actes: On a tous besoin de soutien dans les moments difficiles, d’encouragement pour avancer. Il faut chercher à s’entourer de personnes positives et encourageantes qui ne jugent pas ce qu’on est.
  • Scène de l’apprentissage de la nage et de la préparation du repas: Dans notre vie au quotidien, on ne prend pas assez le temps d’observer et d’écouter la nature, son entourage, soi-même. Et voir la beauté qu’il y a, même, et surtout, dans les choses les plus simples. Ces scènes nous invitent à ralentir dans un monde sans cesse en effervescence.

Ce que je n’ai pas apprécié dans Moonlight:

La 3eme partie à l’air d’avoir été un peu bâclée et est à mon avis assez déconnectée de la 2ème. Dans l’acte 3, on a l’impression que rien ne se passe, comme si toutes ses années passées «Black» n’avait rien fait de sa vie et avait juste tourné en rond dans son appart, fait de la muscu, dealé pour gagner sa croûte, parlé business avec ses potes dealer et éventuellement fantasmé dans son coin.

Est ce que c’était l’effet recherché? Nous faire ressentir le vide d’une vie qui n’est pas vécu?

Le jeu d’acteur est excellent mais les personnages sont parfois trop dans la caricature et du coup perdent en crédibilité. Et il y a beaucoup (trop?) de clichés.

Certaines scènes sont assez violentes. L’objectif était de montrer la violence, non pas gratuitement, mais pour la dénoncer? Pour ne pas faire l’autruche lorsque des acte homophobes ont lieu sous nos yeux?

Moonlight_Kevin_Chiron_Oscar_LGBT_gay

Sortir du déterminisme et vivre sa vie pour ne pas avoir de regret.

Ce que j’ai le plus apprécié de Moonlight:

C’est un message d’espoir: on peut aller plus loin que le déterminisme, au delà de ce que les gens pensent et font de nous, surmonter nos peurs.

On ne devrait pas s’enfermer dans notre passé et en être victime. Il faut parfois savoir:

  • Pardonner pour avancer
  • Agir pour ne pas regretter

Se connaître, LGBT ou pas, c’est un processus qui prend du temps. Et qui vaut la peine! Parce qu’on se sous-estime souvent soi-même et qu’on interprète trop facilement de manière négative les situations ou les réactions des autres.

Et vous?

Vous avez apprécié ce film? Cette histoire vous parle? Quelles leçons avez vous pu en tirer?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *